On se rappelle du soir du jeudi 19 décembre 2019, le président guinéen Alpha Condé annonçait son projet d’une nouvelle Constitution qu’il soumettra à l’approbation des Guinéens. Depuis lors, les guinéens n’ont cessé de se poser la question sur ses vraies motivations. Les uns étaient certains que cette initiative visait sans doute à briguer un autre mandat et pour d’autres il voulait juste doter la Guinée d’une nouvelle constitution qui répondrait plus aux besoins du pays avant de quitter le pouvoir.

Face à ces inquiétudes sur le risque du recul démocratique, un mouvement citoyen est créé par des partis de l’opposition et des organisations de la société civile dans le but de défendre la constitution de 2020. Il s’agit du Front National pour la Défense de la Constitution FNDC.

Malgré plusieurs mois de manifestations marquées par des violences entre manifestants et forces de l’ordre entrainant la mort d’une centaine des jeunes à fleures âges et plusieurs arrestations, le président n’a pas hésiter d’organiser le référendum le 22 mars 2020 sans la participation de l’opposition.

La nouvelle constitution est approuvée par 89,76 % des votants, pour un taux de participation de 58,27 %, au cours d’un scrutin marqué par les violences entre manifestants et forces de l’ordre.

Après avoir été désigné candidat à un troisième mandat par son parti le 06 Août dernier, le président Alpha Condé a favorablement répondu ce lundi 31 octobre à la demande de sa formation politique.

C’est désormais connu de tous que le président avait bel et bien l’intention de s’octroyer une présidence à vie lors de l’annoncement de son projet d’une nouvelle constitution le soir du 19 décembre 2019.

La rédaction

On se rappelle du soir du jeudi 19 décembre 2019, le président guinéen Alpha Condé annonçait son projet d’une nouvelle Constitution qu’il soumettra à l’approbation des Guinéens. Depuis lors, les guinéens n’ont cessé de se poser la question sur ses vraies motivations. Les uns étaient certains que cette initiative visait sans doute à briguer un autre mandat et pour d’autres il voulait juste doter la Guinée d’une nouvelle constitution qui répondrait plus aux besoins du pays avant de quitter le pouvoir.

Face à ces inquiétudes sur le risque du recul démocratique, un mouvement citoyen est créé par des partis de l’opposition et des organisations de la société civile dans le but de défendre la constitution de 2020. Il s’agit du Front National pour la Défense de la Constitution FNDC.

Malgré plusieurs mois de manifestations marquées par des violences entre manifestants et forces de l’ordre entrainant la mort d’une centaine des jeunes à fleures âges et plusieurs arrestations, le président n’a pas hésiter d’organiser le référendum le 22 mars 2020 sans la participation de l’opposition.

La nouvelle constitution est approuvée par 89,76 % des votants, pour un taux de participation de 58,27 %, au cours d’un scrutin marqué par les violences entre manifestants et forces de l’ordre.

Après avoir été désigné candidat à un troisième mandat par son parti le 06 Août dernier, le président Alpha Condé a favorablement répondu ce lundi 31 octobre à la demande de sa formation politique.

C’est désormais connu de tous que le président avait bel et bien l’intention de s’octroyer une présidence à vie lors de l’annoncement de son projet d’une nouvelle constitution le soir du 19 décembre 2019.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *